Publié par Laisser un commentaire

Quand utiliser le mode bridge de l’amplificateur ?

Plutôt que d’investir dans du nouveau matériel il est souvent tentant de vouloir augmenter la puissance nominale d’un amplificateur en utilisant le mode bridge. Bien souvent c’est pour pouvoir alimenter des enceintes plus puissantes que la puissance de l’amplificateur et bien souvent c’est une très mauvaise idée.

La réponse est presque jamais

Oubliez les puissances nominales que les fabricants affichent pour leur amplificateurs en mode bridge ! La plupart du temps ce ne sont que des arguments marketings. Par exemple, en mode bridge on va passer d’un ampli deux canaux 2x100W sous 4 Ohms à un ampli simple canal 1x200W à 8 Ohms. On parvient à doubler la puissance sur un canal en doublant la tension de sortie.

Le mode bridge d’un ampli n’est pas une question de puissance, c’est une question de tension de sortie. On l’utilise quand un amplificateur n’a pas une tension de sortie assez élevée pour amener la membrane d’un haut-parleur à sa limite de déplacement. :

  • Quand le haut-parleur a une impédance élevée
    Prenons l’exemple d’une enceinte de 100W sous 16 Ohms. Vous avez un ampli 2x50W sous 8 Ohms, en mode bridge vous passez à 100W sous 16 Ohms : c’est ok.
  • Quand votre ampli a une puissance de sortie inférieure à un quart de la puissance de votre haut-parleur environ
    Prenons l’exemple d’une enceinte de 100W sous 8 Ohms. Vous avez un ampli de 2x25W sous 8Ohms, en mode bridge vous passez à 50W sous 16 Ohms, soit 100W sous 8 Ohms : c’est ok.

Si vous bridgez votre ampli en dehors de ces deux cas vous multipliez par quatre les chances de l’endommager.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *